Introduction à Lankhmar

Cela fait plusieurs jours que vous vous sentez épié, mais par qui et pourquoi? ça...

Alors que vous déambulez dans la ville pour une de vos affaires une voix masculine, profonde, vous interpelle discrètement. (Cette épisode est vécu par chacun d'entre-vous à différents moments de la journée). Ce personnage  est très grand, longiligne avec une démarche assurée et féline.

Cher(e) ami(e),

Excusez mes manières cavalières mais cela fait un moment que je suis vos pérégrinations dans la cité.

Vous vous demandez certainement pourquoi ?

J'ai une proposition à vous faire que vous ne pourrez..... pas refuser.

Il ne s'agit pas là d'une menace mais de l'utilisation de ressources propres à chacun pour le bénéfice de la communauté.

 

Vous n’êtes membre d'aucune guilde à Lankhmar et vous payez donc tous la dîme pour chacun de vos travaux.

 

Avant d'aller plus loin il est d'usage que je vous révèle mon nom, mon visage, et mes motivations. l'inconnu abaisse sa capuche noire vous dévoilant son visage, à sa ceinture une dague au manche dorée fendu, seule détails vous attirant le regard.

 

 

fredo

 

 

Je me nomme Alfred Pennyworth,

Je suis.... du moins j'étais..... le chef de la guilde des voleurs de Lankhmar..... avant Khorvas..... (la dague dont le manche doré est fendu correspond bien au titre qu'il prétend avoir eu et, le fait que la fente ne soit pas d'origine accidentelle, valide aussi ces dires. A moins qu'il ne soit complètement fou de vouloir s'afficher avec ce signe distinctif prestigieux de la guilde des voleurs).

 

J'ai perdu un duel contre lui ce qui m'a coûté ma place ainsi que cette main, il sort son moignon de main droite de sous sa cape) avec un petit rictus mélancolique.

 

Je ne suis plus bon au combat et ne peux même plus crocheter une foutue serrure....

il a pris ma place, il la mérite pour m'avoir vaincu mais, il a aussi pris ma main après le combat.

 

Et ça..... (les voleurs de votre groupe frémissent en voyant la blessure et en écoutant cette histoire) c'est la pire chose que l'on puisse faire un voleur car... cela annonce à tous : hommes, femmes, gardes et enfants que vous étiez un voleur et que l'on vous a pris la main dans le sac.... et donc que vous êtes, enfin étiez....., un mauvais voleur.

 

Ce que je vous propose aujourd'hui n'est pas un contrat, ni même une mission.....mais de participer à quelque chose de grand..... Je ne recherche pas la vengeance.... du moins pas dans la violence.

 

Je veux créer une compagnie qui rayonnera dans tout Lankhmar !! et qui sera capable de rivaliser avec les autres guildes.

 

Non ! Je ne souhaite pas la guerre mais prouver, me prouver, que je suis encore apte à gérer les affaires.

 

Je sais ce que vous pensez.... pourquoi n'utilise-t-il pas son savoir pour la guilde qu'il a dirigé ? Simplement car, depuis que j'ai perdu mon trône ainsi que ...ça (il montre ça main manquante), Khorvas veut se servir de moi comme exemple à ne pas suivre.... moi ! qui ai apporté la richesse, la reconnaissance, et la crainte de notre guilde dans tout Lankhmar !! On veut me réduit à être un épouvantail de service...(son regard se durcit)

Ce que je vous apporte c'est mon réseau, mon expérience et possiblement un lieu, une... base, notre base. Grâce à mon réseau je peux faire réaliser les papiers et créer cette compagnie pour qu'elle est pignon sur rue.

 

Pourquoi vous ? ... simplement car vous êtes capable, compétent(e) et surtout parce que vous ne faite partie d'aucune guilde, votre tête n'est pas connue, même si certains ont des origines éloignées de la citée, les compétences qu'ils apportent contre-balance largement ces désavantages. Car oui si je dit certains c'est parce que vous n'êtes pas le seul que j'ai contacté.

Pour être une compagnie il faut un minimum de membres.

 

Mon rôle au sein de cette compagnie sera celui de logisticien et de vous apporter des contrats. Je ne peux plus me permettre d'aller sur le terrain *il agite son moignon sous votre nez* et si cela peut vous rassurer je ne peux / veux pas non plus être le chef de cette compagnie. Je préfère, et vous le préférerez certainement, ne pas avoir mon nom d'associé au vôtre.

 

Suivez moi jusqu'au croisement de la rue Brumeuse et de la rue des Remparts (nord-est de la cité)

cvb

 

arrivé sur place :

Ce lieu est une ancienne auberge qui, la vie est ironique, avait refusée de payer à la guilde sa protection.... alors je l'ai faite brûlée mais j'en ai profité pour racheter les ruines pour une bouchée de pain sous un faux nom.... juste au cas où.....

 

Il semble que "au cas où"  soit venu.

Il regarde les ruines avec un œil (son seul œil) satisfait vous voyez sur son visage que pour lui ces ruines n'en sont déjà plus et quelles ont repris vie dans son esprit.

rt

 

 

Je peux financer le lancement des travaux sur mes fonds propres. Moyennant un remboursement dans le temps grâce a une répartition des bénéfices dont nous discuterons plus tard.

 

Le but sera d'avoir pignon sur rue en ré-ouvrant cette auberge et en faire notre QG officiel. Cela nous mettra à l’abri du protectorat mais pas de la dîme.


J'ai pensé à un nom.... simple, efficace, parlant, « La Tanière des Loups » car pour cette ville je ne souhaite pas que l'on soit des Hommes déguisés en Loups mais des Loups déguisés en Hommes, efficaces, froids, capables de travailler en meute inspirant le respect et la crainte.

 

Abordons les avantages pour vous maintenant : outres mes connaissances et mon expérience, la compagnie, si elle se développe et que vous investissez un peu de temps et d'argents, vous rapportera un revenu mensuel ainsi que des moyens logistiques tels que des cellules, des chambres, forge, écurie, laboratoire d'alchimie, salles d’entraînements, la taverne, mais aussi des contrats que je vous dégoterais.

 

Les inconvénients : si mon nom est divulgué votre vie sera en danger, plus qu'a l'accoutumé j'entends. Ils vous faudra investir un peu d'expérience, de temps ou d'argent pour le développement de la compagnie.

Je prendrai 5% de commission sur vos gains pour les contrats que je vous aurais fournis, rien sur vos contrats personnels puis 3% une fois l'investissement de base remboursé.

 

Si vous me soutenez et que vous intégrez « la compagnie des Loups » alors rejoignez moi ici même dans 3 mois les travaux seront bien avancés.

 

J'organiserai, ici-même, le Conclave avec toutes les épreuves habituelles.

 

Alors quelle est votre réponse ?

Étiquettes

Commentaires

Freda est une naine adulte mesurant moins de 120 cm, à la peau sombre et aux yeux noisettes. Ceux qui la croisent remarquent rapidement qu'elle est dépourvue de cheveux, barbe, et même de sourcils.

Quand Alfred Pennyworth l'aborde, Freda se retourne brusquement, ses yeux exprimant un mélange de peur et de détermination. Elle l'écoute et le suit jusqu'au croisement de la rue Brumeuse et de la rue des Remparts, sans lâcher le manche d'un hachoir à viande, lacé à sa taille.

Après le monologue d'Alfred, Freda fait calmement le tour de l'auberge, réfléchie quelques minutes puis s'assoit au sommet de l'escalier en ruines pour donner sa réponse.

"Sir Pennyworth, ne tergiversons pas. Si vous connaissez ma situation aussi bien que vous le prétendez, vous savez que je ne puis refuser votre offre. Et le sort que j'ai réservé à mon ancien tortionnaire ne doit pas vous être inconnu non plus. Vous savez donc de quoi je suis capable si vos intentions à mon égard devaient ne pas se révéler louables.

J'ai toutefois deux problèmes à régler si nous commençons notre activité que dans 3 mois.

Premièrement, je n'ai pas d'économies. En échange du gîte et du couvert, je peux aider aux réparations et à la remise en état de la bâtisse. Je peux également aider en cuisine pour que les ouvriers ne manquent pas de vigueur.

Deuxièmement, il semble que la Guilde des assassins me réclame une somme non négligeable.
*Freda tend un petit bout de parchemin à Alfred*
Cette dîme est une insulte à mon égard !!! J'étais dans mon droit après ce qu'il a fait de moi pendant plus de deux années !!!
*Freda reprend son calme*
Mais j'ai crû comprendre qu'il ne fallait pas prendre ce genre de missive à la légère. Sauriez-vous me dire si elle est authentique et s'il est possible d'obtenir un délais de paiement ?

Alfred prend le parchemin, le parcours, affiche un demi-sourire,

"ah ! la dîme des assassins... nous sommes maintenant...... partenaires donc la compagnie va prendre en charge cette dépense qui sera reportée sur votre ardoise.

"Etant donnée que vous allez participer aux travaux et donc payer en nature," Freda le fusille du regard "Ne vous offusquez partenaire, pas j'entends par là les menus travaux que vous allez réaliser au sein de l'auberge, ici votre passé est vôtre et seule vous, pourrez le partager si vous le désirez."

Il regarde Freda avec un oeil amusé "point besoin d'en venir aux menaces avec moi mais sachez cependant que si je vous voulais du mal..... vous seriez déjà, soit morte, soit mise sous torture sans même que j'ai à lever le petit doigt...."

"Votre aide en ce lieu apportera du sens aux travaux et, dans un premier temps, afin que ma couverture soit plus efficace, je vous  nomme, temporairement, matrone de ce lieu" il montre les ruines avec un geste ample et étudié, "voici votre nouveau domaine, tenancière" Il regarde Freda avec un regard entendu et un grand sourire, "vous êtes la personne de la situation, je pense que, non je sais, que votre expérience dans le quartier des "Dames" vous a appris à gérer une affaire n'est ce pas? "

Il décroche une bourse à sa ceinture et te la tend  "voici de quoi payer ce que vous devez, je ne préfère pas, pour le moment, que le lien que nous avons tissé soit connu de tous à Lankhmar, comme je vous l'ai dit, mieux vaut que nos noms ne soit pas associés pour le moment.

"Considéré cette somme comme une avance sur votre solde de tenancière, faite que ce taudis devienne un palais, notre palais."

 

il parcours les alentours du regard, "jeune amie je dois vous laisser, j'ai d'autres compagnons à convaincre, vous pouvez dormir et aménager votre logement en ce lieu.

A bientôt j'ai hâte de voir ce que vous allez faire de cet endroit"

"Ah j'oubliais! même si j'avance les fonds pour le financement des réparations, mes bourses ne sont pas........ extensibles. Faite de votre mieux et si le résultat me plais...... ce qui est dette, deviendra peut être un dû."

 

Il se retourne et part en direction du sud. "A bientôt Freda, ou devrais-je dire Dame Freda"

*Freda se saisit de la bourse et commence à en vérifier le contenu.*
"Merci Monsieur et à bientôt, vous serez toujours le bienvenu en ce lieu. Comme client bien sûr, vu que nous ne nous connaissons pas." *Freda esquisse un sourire complice.

Quand Alfred a quitté les lieux, elle sort un livre de son sac. Elle ouvre la couverture qui comporte deux runes naines accolées, tissées à la main. Elle griffonne une petite ligne puis retourne son livre. De ce côté, la couverture ne comporte qu'une seule rune, mais son tissage est particulièrement soigné. Elle s'applique d'avantage pour y rédiger l'équivalent d'un petit paragraphe. Une fois cette besogne terminée, elle range son ouvrage et la bourse confiée par Alfred, installe sa tente et sa paillasse près de la cheminée principale et commence à réfléchir.

Il faudra sécuriser cette zone pour y entretenir un feu à l'abris de la pluie, sans risquer d'incendier le reste de la bâtisse. Il nous offrira la chaleur nécessaire pour la cuisine et pour dormir au chaud. Nous devrons tout aussi rapidement trouver comment nous approvisionner en eau et nourriture. Une fois nos besoins élémentaires pourvus, nous serons en mesure d'attaquer le gros oeuvre.

Reste à savoir ce que nous allons faire de cet endroit. Attendons de connaître les compétences et savoirs que peuvent apporter les autres membres de la Compagnie. Freda détache une lourde hache à deux mains de son dos et commence à couper en bûchettes les morceaux de bois inutilisables pour les travaux.

Hache naine à 2 mains

"Vengryn" leva le nez de son carnet de notes lorsque les salutations d'Alfred Pennyworth parvinrent à ses oreilles. Le nain se trouvait à ce moment là dans l'arrière-cour de l'atelier de "Glinthi l'Artificier".

Après avoir écouté la proposition de l'humain physiquement diminué, Capitaine Vengryn se laissa aller à un petit sourire. Une partie de l'histoire de cet humain et son état de santé faisaient écho à sa propre situation... Mais le nain ne pouvait pas exclure une nouvelle tentative de traquenard organisée par quelques contractuels à la solde du Prince Hasjarl de Quarmall. Il ne fallait surtout pas "emballer le broutar" et faire preuve d'un minimum de prudence.

Un rendez-vous au croisement des traverses de Brumeuse et des Remparts... Ca avait cramé dans ce secteur... Le malheur c'est que la bière y était plutôt pas mauvaise... Une perte en un sens...

- "Ecoute l'hum, j'ai beau avoir les guiboles qui flageolent encore par moment, je n'en reste pas moins un cognar. Si je t'accompagne et que je découvre un comité d'accueil composé de viandars, c'est par toi que je commencerai... Et dis-toi qu'Ambolt (mon marteau) est particulièrement efficace lorsqu'il s'agit d'aplatir le pieutard d'un salopard."

Après avoir revêtu le minimum militaire vital et jetez une large cape sur l'ensemble, le Capitaine Vengryn emboîta le pas à l'humain estropié. Le regard dans le vague, l'ancien mercenaire n'échangea pas une parole de tout le trajet.

[...] Arrivé sur place, une fois le laïus d'Alfred Pennyworth terminé, Vengryn se tourna vers la naine à la peau sombre entrain d'oeuvrer dans les ruines de l'auberge. Lorsque la bavette tourna la tête dans sa direction, Vengryn lui offrit un petit sourire accompagné d'un petit salut de la tête.

Se braquant vers l'humain, l'ancien capitaine de compagnie reconverti en ingénieur déclara :

- "Alfred Pennyworth, j'en suis ! Et si Yjdad nous sourit, La Tanière des Loups sera rapidement pourvue d'un nouveau laboratoire et d'une nouvelle forge ! En ce qui concerne la science des fluides, compte tenu de votre réseau et, en votre qualité de logisticien de tout 1er ordre, vous veillerez s'il vous plaît à vous approvisionner en bière auprès du même brasseur que le précédent propriétaire. Nous allons avoir un standing à tenir... Durant les 3 prochains mois, je vous ferai parvenir une grosse partie de la rémunération que je touche en ma qualité d'assistant de Maître Glinthi."

Faisant volte-face, le marteau de guerre balancé sur l'épaule, Vengryn repris la direction de l'atelier de son maître. Après avoir fait quelques pas, le nain s'arrêta. Sans tourner la tête il ajouta :

- "Pour les nains, la vie (et le combat qu'elle représente) est simple : face à la menace, tu te packs et tu te bats. Si tu perds, tu calanches, si tu gagnes, tu as le droit de rejouer. J'espère pouvoir jouer pour quelque chose qui en vaille la peine puis rejouer avec la même meute... Je compte sur votre discernement Monsieur Pennyworth pour nous dégoter des contrats adaptés à notre toute nouvelle petite entreprise... Qu'elle prospère er qu'elle ne connaisse pas la crise.."

Et Vengryn se remit en marche.

 

txLes travaux ont débutés comme prévus, sous la surveillance et le regard inquisiteur de Dame Freda ainsi que de Vendryn, l'extérieur prend forme petit à petit alors que l'intérieur devient tout juste habitabletyLes travaux sont loin d'être terminés mais cela avance à bon rythme et, Freda en est sûre, elle sera fin prête pour le conclave.

La touche naine est très "présente" sur les plans et, à coup sûre, cette taverne n'aura pas son pareil dans tout Lankhmar.

pe

 

Plan interne :

ti

Alfred, passant régulièrement de manière incognito sur les lieux du chantier ce dit

"Hum, finalement cela a du bon de faire dans la bâtisse exotique, la patte Naine n'est pas si développé en Lankhmar et notre couverture sera parfaite" Il adresse un signe de tête plein de respect à Dame Freda, "Il y aura suffisamment d'espace pour intégrer les pièces dévolues à la compagnie sans pour autant permettre au quidam d'en comprendre aisément l'architecture et donc les plans du lieu" C'est parfait Dame Freda continuée ainsi et mes compliments à maître Vendryn pour ses compétences artistiques. Cet emblème est le reflet de notre compagnie, de notre détermination, et une marque sans nul autre semblable, que nos ennemies apprendront à craindre et à respecter"

Le Capitaine Vengryn ne comptait pas ses heures.

Presque chaque jour, après son travail à l'atelier de "Glinthi l'Artificier", le nain filait direct à la Tanière des Loups.

L'inventeur consacrait beaucoup de temps aux installations au sous-sol. L'organisation de la structure de base de la forge et du laboratoire était une priorité ; avec la mise en place d'un système de circulation d'air et un foyer capable de redistribuer sa chaleur dans tous les étages de la nouvelle construction.

 

Freda regarde les plans et se souvient d'une phrase prononcée par son père : "Rendre ostentatoire ce qui peut être vu, pour mieux dissimuler ce qui doit l'être." Beaucoup de constructions naines répondent à ce principe. Aussi Freda n'a aucune difficulté à participer aux travaux.

Elle prend son rôle à cœur car ce n'est pas seulement à la construction d'une bâtisse qu'elle participe mais aussi à celle d'un meilleur avenir. Même pas d'un meilleur, simplement d'un avenir se dit-elle. En effet, malgré ses 80 printemps passés, elle n'avait jamais eu de réelles perspectives ou de projets concrets.

En bonne maîtresse de maison elle manie habilement la "carotte". Quand les travaux deviennent trop techniques, elle passe en cuisine pour préparer un bon ragoût accompagné de pleines chopes de bière pour les ouvriers les plus méritants. Son éducation naine l'empêche de dilapider le pécule d'Alfred Pennyworth. Aux critiques elle répond simplement "quelle meilleure publicité que des ouvriers bavards vantant dans tout Lankhmar l'accueil de la Tanière des loups ?".

Mais elle fait aussi preuve d'adresse dans le maniement du bâton… ou plutôt de la planche à découper, pour faire rougir les fesses de ceux qui ne respectent pas les lieux. "CAPITAINE VENGRYN !!! Par Valaya, combien de fois devrais-je vous répéter de décrotter vos bottes avant de passer le seuil de la grande pooooorteeeee !!!"

Très belle salle commune, le public sera le bienvenu.

Il va nous falloir du personnel de confiance. Ceux qui servent le public et ce qui seront (en plus) en charge de filtrer les invités vers notre repaire (la salle principale de la compagnie). Dame Freda va devoir faire passer quelques entretiens. Le Capitaine Vengryn pourra l'assister. Si Freda a quelques anciennes collègues sérieuses, désireuses de "tourner la page", cela pourrait être une bonne base de départ...

Pour ce qui est des bottes du Capitaine Vengryn, j'avoue que cela lui fait une belle jambe. Les bains de boue sont excellents pour cela...

Bonne remarque capitaine, nous avons besoin de sécurité.

Maître Raven et maître Lhi'Dim s'occuperont du recrutement des hommes de maison afin d'assurer la sécurité.

Pour ce qui est de la présence de dames de compagnie je n'ai rien contre.

Simplement je ne tiens pas à ce que notre établissement devienne une simple... "maison de passe" ce qui implique que les futurs dames devront être.... d'habile négociantes pour une clientèle aisée.

Nous assurerons leur sécurité et ne prendrons qu'un faible pourcentage (10%) du montant de leurs tâches à condition que les clients prennent couche chez nous et profite de notre cuisine et de notre taverne si accueillante.

Le but n'étant pas de se mettre toutes les guildes à dos.... du moins pour le moment... je préfère que nous agissions simplement, dans un premier temps, pour devenir une adresse incontournable pour les castes plus aisées.

Notre volonté n'est pas de devenir comme les autres. Cela serait un gâchis innommable.

Comme je l'ai dit, je n'ai rien contre l'idée mais sous certaines conditions.

Pour cette sélection "drastique" Dame Freda est certes bien placée, mais je vous rappel que ses origines pourraient être causes de conflits et que sous certains aspects......* Alfred suspend sa phrase quelques secondes se tourne vers vous, regarde Freda et reprend* disons que son dernier employeur ne pourra pas promouvoir son travail et que sa séparation récente d'avec la guilde pourrait surtout la mettre en difficulté.

Il en va de même pour vous capitaine, vos compétences sont, sans nuls doutes, dans vos mains mais je ne crois pas que les balader sur nos recrues fonctionnerait comme vous l'entendez *Alfred te regarde avec un grand sourire* de plus vos origines et les raisons de votre présence seraient vite trahis par le défilé des "volontaires".

Je sais que nous avons d'autres personnes ayant des compétences de recrutement qui pourraient nous êtres utiles au sein de notre compagnie *Alfred se frotte le menton* oui! nous avons quelqu'un d'éloquent qui pourra nous aider dans cette tâche... Je vais le contacter avant le conclave pour lui en parler.

Votre avis sera pris en compte, bien entendu, mais je ne peux vous charger d'une telle tâche pour toutes ces raisons. Cependant si vous avez une personne que vous recommandez personnellement, je ne poserai pas de question et nous l'embaucherons.

Cela vous convient il?

 

 

*Alfred tourne son regard vers le Capitaine Vengryn*

J'ai besoin de vos talents maître artisan, un cabinet de magie sera nécessaire dans notre compagnie, et je souhaiterai qu'il soit aménagé rapidement.

Rien de bien "sorcier" une pièce avec bibliothèque, un établi et quelques meubles simples mais résistant, et ah oui.... un perchoir.... le tout un peu en retrait dans un coin où il n'attirera pas l'attention et où notre amie Grey sera libre d'exercer.

Elle s'occupera de la protection magique de notre demeure... *l'oeil étincelant et un sourire mauvais se dessine sur le visage du balafré*

Une fois cette tâche accomplie je reviendrai vers vous pour ce qui est du laboratoire d'alchimie.

krisprolls

jeu 02/01/2020 - 18:18

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

*Raven se reveilla d'un bond, lame à la main.

pffff, encore un de ses rêves....vont ils finir par me laisser.................

*Assis seul dans le noir, il contemple la cheminée en ravivant les braises de la pointe de sa lame.puis se rallonge les bras croisés derrière la tête sur son lit de fortune

Tu sais quoi, tu pourrais bien mourir là que personne serait étonné. Qui viendrait hein, qu'as tu accomplis par toi même ou bien même construit qui vaille la peine d'être raconté!!!! 

tsssssssssss .

Il y en a quelques uns oui, qui me reconnaissent comme ami, ou comme outils, mais bon, rien de plus que des gens de passage. je vais finir comme les autres, au bord d'un caniveau, les viscères à l'air, a contempler la merde que balance le peuple par sa fenêtre pour aérer les pathétiques habitats...

*s'amuse a lancer sa lame dans les poutres du plafond, juste ce qu'il faut pour qu'elle tienne quelques secondes dans le vieux bois avant de retomber vers lui à vive allure

Tiens, je repense à ce manchot maintenant. Il avait l'air de vouloir quelque chose de moi. Sa proposition etait correcte mais j'etais en plein travail. j'ai laissé entendre que je passerai, peut etre....

aller, de toutes facons je ne trouve pas le sommeil.....

*prend sa cape, enfile ses bottes et d'ou mouvement fluide se pose sur le rebord de la fenêtre avant de disparaitre dans la nuit, quelques mètres plus bas.

Tient tient, c'est que ça a de la gueule maintenant, un beau petit travail! Il a su se trouver des travailleurs, certaines fenètres sont encore allumés à cette heure tardive!

Voyons voyons, spacieux, pignon sur rue, j'en connais 2-3 qui paieraient cher pour tout ça.

"La tanière des loups", simple, efficace.

*La porte s'ouvre vers l'exterieur laissant apparaitre un trait de lumière. Dans l'embrasure, un Homme que Raven reconnait comme étant Alfred fini une discussion puis sort prendre l'air. Malgré les efforts de Raven pour rester dans l'ombre, il est a peu près persuadé qu'il ne trompe personne, et en effet, les yeux inquisiteurs se posent sur lui et la porte se ferme pousser par l'arrière de la botte du voleur

Bonjour, ou plutôt bonsoir.

J'etais dans les environs et.... je voulais voir si votre petite entreprise avait pris pied a terre. Alors... alors je ne suis pas déçu loin de la.

*le silence s'installe. Il dure. Finalement après quelques minutes interminables, la situation se décrispe. Raven sort de l'ombre.   

A y reflechir, votre proposition si elle tient toujours pourrait me convenir. Vous ne semblez pas être un racontard, et surtout, vous semblez être en mesure d'apporter la "logistique" nécessaire. J'ai par ailleurs un peu enquéter sur vous et votre histoire, oh loin de moi l'idée de vous faire passer pour un menteur mais qui sait, Lankmar regorge de bien des secrets et histoires qui laissent gré à interprétation.

Vous semblez êtres qui vous prétendez et même si aujourd'hui votre position n'est plus celle qu'elle était, les "gens" semble vous porter une admiration. Vous êtes loyal et droit 

J'aime ça. Rien de pire que les girouettes, a tous les coups elles perdent la tête

*Se met a ricaner 

Bref, je suis prêt a rejoindre votre compagnie. Je repasserai demain aux premières lueurs lorsque l'etablissement sera ouvert pour entendre votre réponse. J'ai par ailleurs comme précisé lors de notre dernière rencontre des "relations" qui pourraient apprécier travailler avec moi et par extension nous.

Nous pourrons aborder ces divers aspect ensemble ou avec le reste de la compagnie si vous le désirez

 

Désolé pour cette rencontre tardive, c'était, comment dire, impromptu mais de bonne augure

*Fais quelques pas dans l'ombre en reculant puis finis par regagner son hotel et son lit. Allongé les bras croisés derrière la tête

As tu fais le bon choix Raven. Est ce qu'il te laissera faire?.....

Aller au dodo, on verra ce que reserve demain

Dame Freda,

le jeune freluquet qui vient de passer va avoir besoin d'une chambre,

je vous laisse vous familiariser avec cet individu,

il est doté de compétences intéressantes pour nous et de contacts.

Il rejoins notre compagnie, je vous présente donc maître Raven qui s'occupera en partie de la sécurité. 

Réservez lui le meilleur accueil. 

*Alfred arbore un grand sourire*

Il semble que petit à petit les pièces du puzzle se rassemblent il ne restera plus qu'a les ajuster.

Ceux qui n'ont pas encore répondu seront présents, je vous l'assure.

Ils ne le savent pas encore mais ils ont déjà accepté notre offre.

Capitaine Vengryn dit : Si Freda a quelques anciennes collègues sérieuses, désireuses de "tourner la page", cela pourrait être une bonne base de départ...

*Freda interrompt la discussion d'Alfred et Vengryn en posant bruyamment sur la table leurs boissons préférées. Après avoir trinqué et bu une longue gorgée de bière, elle prend la parole*

Je n'ai jamais eu de bonnes relations avec mes... "collègues" (Freda crache ce mot avec dégoût), comme vous les appelez Capitaine. Et ma séparation avec elle a été quelque peu brutale.

Je n'ai rien contre l'idée de recruter des catins. Qu'elles aiment les défilés de verges ou qu'elles en soit réduite à cette activité pour survivre, je n'en ai cure. Néanmoins Alfred, si je suis en tout point d'accord avec vos idées et conditions sur leur présence dans notre établissement, j'en ajouterai deux si la Compagnie le permet. Premièrement, j'aurai du mal à tolérer la présence d'esclave sexuelle dans notre établissement. J'aimerais donc que ne soient recrutées que des "volontaires". Deuxièmement, un de vos contacts Alfred, peut-il nous assurer de bonnes relations avec la guilde des catins ?

Sinon Alfred a raison. Mon passé ne fait pas de moi la personne adaptée pour étudier ces candidatures.

C'est entendu, Capitaine Vengryn prend en charge le cabinet de magie.

S'il est d'accord, Freda donnera un coup de main pour les tâches simples comme le mobilier basique, les étagères et le dallage. Par contre, si elle n'a pas d'aversion envers les sorciers et l'art qu'ils pratiquent, il est facile de remarquer qu'elle est prudente et pas à l'aise avec cette discipline qu'elle ne connaît pas bien. Elle ne pénètre dans cette pièce que si c'est nécessaire et n'y fait jamais le ménage.

Limpide comme une 1ère bière de printemps. On passe à autre chose et on laisse le passé de Dame Freda là où il est...

Pas des prostituées, nous voulons des serveuses formées à la clientèle. De ces serveuses capables de discerner un simple client de comptoir du client en recherche de services que la Compagnie du Loup peut offrir. L'idée d'embaucher d'anciennes courtisanes reconverties dans le travail de la restauration n'est pas retenue. On passe à autre chose.

Alfred dit : Dame Freda, le jeune freluquet qui vient de passer va avoir besoin d'une chambre, je vous laisse vous familiariser avec cet individu, il est doté de compétences intéressantes pour nous et de contacts. Il rejoins notre compagnie, je vous présente donc maître Raven qui s'occupera en partie de la sécurité. Réservez lui le meilleur accueil.

Freda semble faire confiance à Alfred et accueille comme il se doit Raven. S'il souhaite une chambre avec une fenêtre à bonne hauteur pour ses escapades nocturnes, ça devrait pouvoir se trouver :)

*Alfred fait porter une missive à Dame Freya*

Dame Freya mes salutations,

Je sais que les travaux avancent bien sous votre gouverne, votre dette est quasiment remboursée aux vues des efforts que vous avez mis dans cet établissement.

Je vous envois cette missive car l'on vient de m'aviser de l'arrivée prochaine de l'un de nos membres et j'aimerais que vous lui prépariez une chambre ainsi que votre meilleur accueille.

Le capitaine Malvee Seaslayer va bientôt accoster et avec lui notre bateau ainsi que les marchandises exotiques de son voyage à son bord.

Mes sources m'avisent aussi qu'un autre membre devrait arriver en même temps que le bateau.

Ne vous étonnez pas de l'arrivée d'une personne couverte de bandages merci de lui réserver une chambre isolée et douillette.

Bien à vous

A P

"Bonjour, bonjour ! Salut la compagnie !"

Apparue de nulle part, une petite demoiselle kleshite toute de noir vêtue traverse la grande salle en ne cachant pas son admiration pour la décoration. "Olalah, comme c'est beau ! Vous avez fait un sacré boulot ! C'est quel style ? Ça vient d'où ? C'est la première fois que je vois ça. J'aaaaadoooore !"

Elle semble enfin apercevoir Dame Freda au comptoir et se dirige vers elle d'un pas décidé. Instantanément très sérieuse et paradoxalement encore plus flippante, elle déclare d'un ton grave "Dame Freda, bien le bonjour. Vous m'attendiez… Je suis Kizorwena Celeanar Elerinna. J'ai rendez-vous avec Sir Alfred Pennyworth." Longue pause inquiétante puis grand sourire naïf. "Mais vous pouvez m'appeler Kiki ! J'adore votre style, super original pour une naine ! Ça vous va hyper bien !"

Apercevant le grand bonhomme taciturne assis impassible dans un coin sombre, elle fait un clin d'œil à la tenancière et en l'espace d'un bref instant ouvre un peu son décolleté, arrive à côté d'Alfred, lui fait un petit câlin et un gros bisou sur la joue. Elle prend gracieusement place à sa table dans un roulement de muscle et sans le moindre grincement de bois ni de clou puis continue une conversation qui, à l'évidence, a commencé ailleurs, un autre jour, peut-être dans l'obscurité aussi, qui sait ?

"Mon cher Alfred, murmure-t-elle d'un ton très sérieux. C'est bon, je suis partante." Petit sourire en coin légèrement carnassier.

Comme n'y tenant plus, elle reprend son air joyeux et enchaîne en se dandinant sur sa chaise. "Tes potes ont l'air carrément sympas ! C'est trop cool ! Je suis tellement contente ! Si tu savais. Ça fait quelques jours que je traine dans le coin et je les apprécie déjà tous beaucoup !" dit-elle en balançant une tournée générale d'yeux doux et de sourires rutilants.
Baissant le ton et reprenant son air grave : "D'ailleurs, il y en a un qui me dit quelque chose... Tu vois de qui je parle… A ce propos, tu peux toujours m'arranger mon petit souci de départ de la guilde de tu sais quoi ? Avec toutes tes relations, je suis sure que tu peux m'arranger ça. Je n'en suis qu'à mes débuts, pas vraiment intégrée. Pour toi, ça sera facile. J'ai confiance en toi. Hmmm?"

Quittant une nouvelle fois de façon quasi psychotique cette attitude ultra badass pour une attitude ultra cucul. "Hein ? S'te plait ! Alalah, j'ai trop hâte, ça va être génial. Tu me présente les autres, hein ? C'est pas parce que je les connais déjà qu'ils me connaissent déjà moi, hein. Aaaah ! Je sens qu'on va bien s'entendre ! Youpi, youpi !" Deuxième tournée générale d'yeux doux et de sourire ultra brite. "Oh ! Et dis, c'est laquelle ma chambre ? J'en ai repéré une très chouette sous les toits avec une petite cheminée, une vue de malade et un accès de ouf partout par la fenêtre. C'est celle-là ? Hein ? S'te plait ?"

Il est tard lorsque vous voyez apparaître une ombre en bas de la rue, ou plutôt, une lumière, vous n'arrivez pas vraiment à saisir ce que vous voyez au premier abord. Finalement, vous voyez apparaitre sur le seuil de la porte une kleshite de taille moyenne. La lumière aperçue auparavant s'échappe vivement de ses cheveux d'un blanc éclatant. Le contraste est saisissant face à sa peau très sombre. Vous comprenez très vite que la personne face à vous ne peut-être que Grey, surnom plutôt ironique. Un grand faucon noir est juché sur son épaule droite.

"Bonjour à tous, messire Alfred m'a indiqué votre taverne comme lieu de rencontre"

Grey s'exprime d'une voix claire en jetant des coups d'oeil à la ronde, puis en ajoute en marmonnant :

"Je vois qu'il n'est pas encore arrivé"

Elle s'approche ensuite de Dame Freda et Capitaine Vengryn avec un sourire rapide :

"Je viens d'arriver en ville, messire Alfred m'a indiqué que vous aviez préparé une pièce pour moi, Capitaine Vengryn. Si vous aviez une chambre à proximité du cabinet, cela serait bien pratique, voire une couchette dedans, cela m'ira très bien"

"Je pourrais vous aider pour la construction, je n'ai pas beaucoup de force mais nous avons d'autres atouts" ajoute-t-elle en caressant son faucon d'une main.

- "Bonjour Dame Grey,"

- "Les travaux ont bien avancés. Je suis sur la fin du gros oeuvre. Je pense que vous pouvez commencer à apporter votre touche personnelle sur l'ensemble."

Le nain oscille de la tête et laisse entrevoir un léger sourire. Il tire alors une grosse latte au bout d'une large "tige" de tabac serré fortement par une série de feuilles brunes.

Dwarf Smoke

- "Je souhaite notre collaboration fructueuse et pouvoir vous en démontrer le pourquoi rapidement. Veuillez me suivre s'il vous plaît, c'est par ici..."

Alfred Pennyworth écrit :
Dame Freya mes salutations,
Je sais que les travaux avancent bien sous votre gouverne, votre dette est quasiment remboursée aux vues des efforts que vous avez mis dans cet établissement.
Je vous envois cette missive car l'on vient de m'aviser de l'arrivée prochaine de l'un de nos membres et j'aimerais que vous lui prépariez une chambre ainsi que votre meilleur accueille.
Le capitaine Malvee Seaslayer va bientôt accoster et avec lui notre bateau ainsi que les marchandises exotiques de son voyage à son bord.
Mes sources m'avisent aussi qu'un autre membre devrait arriver en même temps que le bateau.
Ne vous étonnez pas de l'arrivée d'une personne couverte de bandages merci de lui réserver une chambre isolée et douillette.

 Freda ne semble pas dans un bon jour :

- Dame Freyyyya... FreDDDDDa. *Gromelle*
- Ma dette, ma dette. Le jour où j'aurai repris ce que ces chiens m'ont escroqué, je pourrai largement la rembourser ma dette.
*Gromelle plus fort*- Des MARCHANDISES EXOTIQUES (Freda crache ces mots comme s'ils l'atteignaient en plein coeur). Et depuis quand on a besoin d'un bateau... Pour le meilleur accueil il peut aller se brosser ce Capitaine. Lui, son bateau et ses marchandises exoootiques seront très bien dans la chambre du fond.
- Et son acolyte couvert de bandelettes prendra celle d'à côté.
*Freda bougonne quelques secondes puis se ravise. S'il est couvert de bandelettes c'est peut-être qu'il n'a pas eu un passé très enviable. Le mettre dans une chambre avec foyer autonome ne serait pas très sûr, un crépitement malencontreux et il pourrait prendre feu. Freda se ravise et lui prépare une chambre chauffée par le système principal. Mais pour Malvee, niet. Et s'il est habitué à ce que ses moussaillons lui obéissent au doigt et à l'oeil, ici, il se montera ses bûchettes tout seul.*

Freda dévisage Grey et se renfrogne quand elle l'entend dire :

messire Alfred m'a indiqué que vous aviez préparé une pièce pour moi, Capitaine Vengryn

"Hors de question que je lui fabrique un autre meuble. La prochaine fois, qu'elle aura besoin de quelque-chose, elle n'aura qu'à lui demander..."

Freda étant distraite par cette pensée, Vengryn la précède pour répondre à Grey. Et l'accueil bienveillant que son compatriote réserve à la magicienne n'apaise pas la naine bougonne.

Vengryn dit : Je souhaite notre collaboration fructueuse et pouvoir vous en démontrer le pourquoi rapidement. Veuillez me suivre s'il vous plaît, c'est par ici...

Haaaa s'il veut faire ses petites affaires seul avec elle, qu'ils se débrouillent entre eux. J'ai bien assez de travail comme ça. *Freda s'éloigne vers la salle principale qu'elle prépare déjà pour la grande réunion de la Confrérie.* Et qu'est-ce qu'il lui trouve. Elle n'a pas un poil sur le menton elle non plus... Ses cheveux peut-être ?

Kizorwena Celeanar Elerinna dit : "Oh ! Et dis, c'est laquelle ma chambre ? J'en ai repéré une très chouette sous les toits avec une petite cheminée, une vue de malade et un accès de ouf partout par la fenêtre. C'est celle-là ? Hein ? S'te plait ?"

*Freda sourit, visiblement amusée par le manège de la nouvelle venue.*
"Ca peut s'arranger... Kiki. Mais avant toute chose..."
*Freda pose un godet propre sur le bar et le désigne du menton*
"... je vois que votre verre est vide ma chère. Et c'est interdit par le règlement de la maison." *Sourire franc et bienveillant*
"Qu'est-ce que j'vous sers ?"

Kiki, ravie d'entamer une discussion, saute sur l'occasion :

"Ooooh, mais oui bien sûr. C'est trop gentil. Vous avez de la limonade ? Ou une bière pas trop forte, enfin, si vous servez de l'alcool aux mineurs."

Puis avec des étoiles plein les yeux et un brin flatteuse :

"Et au fait, c'est bien vous qui gérez tout ici, n'est-ce pas ? Ou c'est Alfred ? D'ailleurs on s'appelle comment toutes les deux, on se tutoie ou on se vouvoie ? Ah oui, revenons à nos moutons. Vous pensez qu'il y a moyen que je participe un peu moi aussi aux travaux et au quotidien de l'auberge des loups ? Je sais faire pleeeiiiiiin de choses : nettoyer les tableaux, les lustres, les vitraux, les bureaux, les laboratoires, porter des messages, discrètement ou pas, tout ça, tout ça, et encore plus ! Je dois même être capable de servir de la bière ou du saucisson."

*Sourire ultra-brite*

"Ah enfin Lankhmar ! Bon il faut que l'on trouve cette fichue auberge maintenant. Tu viens Bandelette ?"

Le capitaine donne alors les consignes à son équipage et part à la recherche d'une auberge "à l'allure peu conventionnelle". Arrivé au carrefour indiqué par Alfred, la surprise fut grande mais bonne !

"Tu as vu ça ? On dirait un repère de nain ? Cela promet de bonne soirée !"

C'est la fin d'après-midi quand le capitaine Seaslayer franchis les portes de la taverne.

"Salut la compagnie !"

Quelques personnes la dévisage mais son regard est attirée par une naine qui a tout l'air d'être la tenancière. Malvee se dirige vers elle. Elle n'a pas l'air commode et lui lance un regard pas très avenant ...

"Je me nome Malvee Seaslayer, capitaine du Passeur d'Aurore. Je viens de la part d'Alfred, j'ai fait une longue route pour vous rejoindre et je me suis permise de ramener un ami avec moi."

Malvee fait alors signe à la Goule restée en retrait de s'approcher.

"Bandelette, Luuranko Alasti de son vrai nom, m'a rejoint au cours de mon voyage, je ne sais pas si Alfred a eu le temps de vous prévenir et j'espère qui vous reste encore une bonne chambre, les dernières semaines n'ont pas été facile pour lui." 

Avant même que la naine n'ai le temps de répondre, le visage de Malvee s'illumine en apercevant un visage familier.

" Wis-Kiki !! Tu es encore vivante finalement ! Contente de voir que tu ne t'ai pas encore fourré dans le pétrin ! Dans mes bras petit singe !"